Article d’Actuphoto sur Sensitives

Voici l’article publié par Actuphoto sur notre expo à venir :

http://actuphoto.com/24445-muriel-napoli-et-ana-tornel-presentent-laquo-sensitives-raquo.html

actuphoto.com

Muriel NAPOLI et Ana TORNEL présentent « SENSITIVES »

Le lundi 25 mars 2013 10:51:02

gSensitives
Plantes rampantes épineuses dans les régions tropicales, les Sensitives se replient au moindre choc (vent, pluie, toucher…). Elles ferment aussi leurs feuilles la nuit pour se protéger des intempéries et des prédateurs herbivores en un mouvement des plus spectaculaires du règne végétal. Surnommées également ‘Marie-honte’ ou ‘Honteuse- femelle’ aux Antilles ou encore ‘Trompe-la-mort’ en Nouvelle-Calédonie, les Sensitives n’ont pas fini de livrer tous leurs secrets. Un peu comme Muriel Napoli et Ana Tornel.
Le végétal (fleurs, herbe, arbres) justement, fréquente les tableaux de Muriel Napoli ainsi que le minéral. Beaucoup. Des roches, des météorites, des sédiments… Ca explose, ça jaillit, ça brûle dans une sorte d’éruption permanente, à la façon d’un volcan jamais repu. De larges traces noires et blanches, parfois teintées de bleu, irradient ses toiles. Elle a longtemps cherché avant de rompre avec la figuration, la couleur ; pour trouver son format (un carré de 90×90 ou 60×60), sa manière de faire –à même le sol. Muriel Napoli théorise peu, se lève tôt et expérimente à l’envi : fusain, encre de chine, acrylique, couteau, pinceau, brosse.
Autodidacte, elle explore à sa manière, empirique ; ouverte au hasard, disponible à l’aventure. Peu à peu, l’artiste marseillaise tend à l’épure. Partie de strates successives abruptes (quelques nuances de gris), ses œuvres évoquent par la suite une version dévoyée des planches du test du Rorschach    ou les environs de la calligraphie asiatique. A d’autres moments, elle se rapproche du monochrome. Comme les Sensitives, Muriel Napoli cesse toute activité quand la nuit menace. Avant de s’y remettre au point du jour.
Photographe, Ana Tornel vit et travaille à Paris. Passée par la presse magazine, elle conserve l’instinct d’observation du reporter qui sommeille. Ses pas l’amènent incidemment à shooter des stylistes (Créateurs de mode, 1998/2000), à s’attarder sur les plaisirs aquatiques de gamins (Nager, un jeu d’enfants, 2000/2009) avant de se fixer vers des horizons plus personnels (Jardins secrets, secrets de jardins, 2011/2012). Dévouée à la photographie argentique, même si elle maîtrise le numérique, Ana Tornel voyage là dans le végétal, dans un univers mystérieux et insolite. Comme si cette flore redessinait avec elle une autre architecture urbaine. En contrebande. Persuadée, dès la prime enfance, que l’herbe est forcément plus verte ailleurs, elle traque, presque à son insu, l’envers du décor. A sa main, à son rythme. Toujours à la recherche du meilleur outil, elle s’inscrit l’an dernier à un atelier, auprès de Quinn Jacobson, pour s’aguerrir au ‘collodion humide’, un procédé singulier qui remonte aux origines de la photo. Le ‘collodion humide’ nécessite une patience infinie, une humilité à toute épreuve devant la lenteur et la frustration afférentes à l’exercice. Un sacerdoce d’artisane, hors du temps, qui lui convient à merveille.

En anglais, sensitive est presque un faux-ami, il signifie ‘sensible’, ‘vulnérable’. Des épithètes qui caractérisent au plus près le travail de Muriel Napoli et Ana Tornel. Deux femmes qui ont pris leur temps, s’autorisant des pauses, qui ont maturées selon leur propre horloge créative. A l’instar de la mimosa pudica, le patronyme binominal de la Sensitive, une plante dont on sait qu’elle est aussi nyctinastique -elle ouvre ses feuilles (à l’aube) et les ferme (au crépuscule)- mais dont on ignore pourquoi… Une parabole des plus plausibles !

© Ana Tornel
La Ralentie, art et pensée
A quelques encablures du canal Saint-Martin, tout près de la dernière barricade de la Commune de Paris (mai 1871), au centre d’un océan de bars et de tables à la volée, la Ralentie s’anime au milieu de nulle part et
au cœur d’une effervescence discrète. Presque incognito, dans la première partie de la rue de la Fontaine-au-roi, au 22. La galerie tient d’un mini-dédale en clair-obscur sur deux niveaux (rez-de-chaussée et sous-sol voûté) avec une excroissance sur cour, comme un improbable bras de mer. Un lieu où on peut décélérer, hors du temps, à bonne distance de la vitesse de l’époque, pour un instant ou pour toujours. Comme dans le poème éponyme d’Henri Michaux.
La Ralentie désire soutenir une figuration renouvelée qui ressuscite l’émotion, en rupture avec la culture du choc. Peu importe ses attributs : peinture, sculpture, photos, performance, etc. Depuis son ouverture en septembre 2011, la Ralentie se vit et s’envisage comme un lieu d’art vivant, comme on qualifie le spectacle du même métal ; un bouillonnement d’expositions, de conférences ou de colloques (filmés, en ligne sur le site); un carrefour de rencontres et de collisions entre artistes, intellectuels et visiteurs du soir. La galerie fait également appel à des comédiens pour des lectures à haute voix de textes singuliers d’artistes majuscules quelles qu’en soient les époques, afin de ne pas perdre le fil de l’Histoire. En collaboration avec la librairie Les Guetteurs de vent, la Ralentie invite aussi des penseurs à présenter leurs livres en lien avec la création artistique ou la psychanalyse. En prise, enfin, avec les courants d’air de la vie créative, elle organise un concours ouvert aux plasticiens ou photographes, d’où qu’ils viennent, avec au bout la promesse d’une exposition collective en septembre prochain. Garder intact le champ des possibles. Depuis dix- huit mois, la galeriste – psychanalyste Isabelle Floc’h s’emploie à ne pas faire mentir le sous-titre de « sa » Ralentie (art et pensée), à accompagner le mouvement perpétuel alentour et à maintenir le cap de son cabinet.

   Réagissez à cet article
PseudoEmail (Confidentiel)Commentaire 

Code de validation

 Mots clés / Tags : ai, ei, dei, style, lsquo, text, align, ralentie, ana, muriel, peu, crei, napoli, tornel, mei, sensitives,justify, prei, tal, avant,

Partager:              

Permalien : 

Publicités

Sensitives, on en parle sur Absolut Photo

Accueil > Expositions > Ile de France > Sensitives

Exposition photo


Artiste : Muriel Napoli et Ana Tornel
Exposition : Sensitives
Dates : Du 22 Mai 2013 au 14 Juin 2013

Adresse : Galerie La Ralentie
22-24 rue de la Fontaine au Roi
75011 Paris

« Sensitives » est une exposition qui présente deux artistes, la peintre Muriel Napoli et la photographe  Ana Tornel.

Les Sensitives, en plus d’être le nom donné à cette fabuleuse exposition, est en premier lieu une plante rampante épineuse que l’on trouve dans les régions tropicales. Cette plante a pour caractéristique principale de se replier au moindre choc tel un simple coup vent, quelques gouttes de pluie ou encore au toucher. La nuit, elle se referme également pour se protéger de toute intempérie ou des différents prédateurs. Ses différentes caractéristiques lui ont valu le surnom de „Marie-honte’ ou ‘Honteuse femelle’ aux Antilles ou encore ‘Trompe-la-mort’ en Nouvelle-Calédonie.

Bref, vous l’aurez compris, les Sensitives sont pleines de secrets et de surprises, tout comme nos deux artistes Muriel Napoli et Ana Tornel !

Muriel Napoli présente ici des tableaux sur le végétal et le minéral. Ses toiles, des carrés de 90×90 ou 60×60, sont irradiées de larges traces noires et blanches, parfois teintées de bleu faîtes au fusain, à l’encre de chine, en acrylique, au couteau, etc… Et telle une Sensitive, notre artiste peintre cesse toute activité à l’approche de la nuit…

Ana Tornel, la photographe conserve en elle l’instinct d’observation du reporter… Amoureuse de la photographie argentique, Ana Tornel nous offre là un fabuleux voyage dans le végétal, dans un univers mystérieux et insolite. Toujours à la recherche du meilleur outil, notre artiste a suivi l’année dernière des cours auprès de Quinn Jacobson, pour se mettre au « collodion humide », procédé photographique qui permet d’obtenir des clichés d’une grande finesse et de rendre une gamme de gris particulièrement étendue. Cette technique requiert une patience infinie, une humilité à toute épreuve devant la lenteur et la frustration afférentes à l’exercice. Cet exercice lui convient à merveille.

Photo 1 de Sensitives Photo 2 de Sensitives



INFORMATIONS PRATIQUES :


Téléphone : 01 58 30 68 71 

Site internet http://www.galerielaralentie.com/album/photos-2013/muriel-napoli-et-ana-tornel/

Horaires : Ouverture du Mardi au Samedi de 14h à 19h

Carte :

Le collodion humide par Absolut Photo

Voici un article sur le collodion humide publié par Absolut-Photo :

http://www.absolut-photo.com/news/1364987835.html

Accueil > Actualités > Photo en général > Sally Mann, Quinn Jacobson, Michael Shindler et le collodion humide

Sally Mann, Quinn Jacobson, Michael Shindler et le collodion humide

Actualité photo en général | Publié le 03/04/2013 | Commentaire (0)

Avez-vous déjà entendu parler du procédé photographique le collodion humide? Ce procédé existe depuis plus de 160 ans puisqu’il a été inventé par l’anglais Frederick Scott Archer au début des années 1851. Il a été très utilisé dans les années 1870-1880 puis délaissé au fil du temps par les artistes.

A quoi sert-il ? Ce procédé permet d’obtenir une plus grande finesse des clichés et de rendre une gamme de gris bien plus étendue. Mais il présente plusieurs inconvénients majeurs, ne le rendant pas très « pratique » : le négatif doit être préparé, exposé, puis développé en un temps très court compris entre 15 et 30 minutes en fonction des conditions climatiques.

Mais ces contraintes n’ont pas rebuté tous les photographes… En effet, tout au long des décennies nous séparant de l’invention, quelques photographes ont eu à coeur de s’y essayer : en 1978 , Eadweard Muybridge produisait les premiers instantanés du galop des chevaux. Plus dun siècle plus tard c’est au tour de la photographe Sally Mann de devenir célèbre avec sa série photographique « What Remain« .

Plus récemment, ce sont Michael Shindler et Quinn Jacobson qui ce sont fait spécialistes de cet ancien procédé. Le premier a ainsi ouvert une galerie à San Francisco où il expose ses portraits (cf. la première photo). Le second propose des cours et des démonstrations pour s’initier ou se perfectionner à la technique du collodion humide (cf. le second portait). Ana Tornel, qui expose à Paris prochainement a d’ailleurs été une de ses élèves.

news

news

On en parle sur le Forum

Excelente artículo. Y totalmente de acuerdo con tu crítica sobre el equilibrio de sexos. Desgraciadamente, desde que empecé en fotografía he tenido que combatir el cliché de que la fotografía es cosa de hombres, incluso en Francia, donde vivo. Seguiremos batallando!

En la retaguardia: Imagen, Identidad y memoria

revela_t

Ya está disponible la página web delFestival Revela-T con datos sobre el gran evento de la fotografía « a las sales de plata ». Este festival, que nace mientras se escucha hablar de la muerte de la fotografía, del supuesto imperio de la Posfotografía, de la invasión de los instagramers… es un verdadero acto de valentía o de locura, o quizás de ambas cosas a partes iguales. Lo que es innegable es que es de agradecer que aún existan héroes capaces de sorprender a los simples mortales con gestos absolutamente irracionales, carentes de la lógica de los mercados y, por tanto: sencillamente geniales y originales a partes iguales.

Creo que se puede intentar la santa cruzada de ir a rescatar el sepulcro del Caballero de la Locura del poder de los hidalgos de la Razón ». Miguel de Unamuno, El sepulcro de don Quijote

Soy profesora de fotografía digital, pero…

View original post 910 mots de plus

« Sensitive Plants » – Forthcoming exhibition

Je suis heureuse de vous annoncer la prochaine exposition de mon travail à La Galerie La Ralentie. Pour cette occasion, je présente une sélection de tirages en gélatine d’argent  que j’ai réalisés sur papier baryté, extraits de la série en noir et blanc « Secrets de Jardin ». Il y aura également un choix de tirages à impression pigmentaire sur papier Fine Art, à partir des négatifs couleur de la série « Entre Ombre et Lumière ». Il s’agit d’une exposition commune avec le peintre Muriel Napoli : deux moyens d’expression, une sensibilité commune.

Si vous êtes à Paris à cette époque, venez ressentir l’émotion émanant de nos oeuvres!

Dossier de Presse à télécharger ici : DP Sensitives

DP Sensitives

SENSITIVE PLANTS

I am honored to announce that my work will be exhibited by La Ralentie Gallery. It will consist on a selection of black and white silver gelatin copies I have personally printed from the « Garden Secrets » series and another selection of color Fine Art Prints from the series « Beyond the Shadow ». I will be sharing this exhibition with the painter Muriel Napoli.

If you happen to be in Paris at that time, do not miss the opportunity to experience the emotions coming from our work!

Sensitive Plants

Muriel Napoli and Ana Tornel
Exhibition from May 22nd thru June 14th 2013

La Ralentie Gallery
Open from Tuesday to Saturday: 2 pm – 7 pm
22-24 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris

Opening May 21st 2013, from 6 pm

Download Press Release (in French): DP Sensitives

SENSITIVAS

Me complace anunciar que mis fotografías serán expuestas por la Galería La Ralentie próximamente. Se trata en esta ocasión de una selección de impresiones argénticas en blanco y negro sobre papel baryta, extraídas de la serie « Secretos de Jardín », así como un compendio de impresiones Fine Art a partir de negativos de la serie « Desde la Sombra ». Compartiré esta exposición con la pintora Muriel Napoli. La palabra « sensitivas » hace referencia a las plantas sensitivas como la Mimosa Púdica, representadas y representativas tanto de la obra de Muriel como de la mía propia.

Si estáis en París por esas fechas, no dejéis de visitar esta exposición, muy de tono con el momento primaveral en el que será presentada.

Sensitivas

Muriel Napoli y Ana Tornel
Exposición del 22 de Mayo al 14 de Junio 2013

Galería La Ralentie
Abierta de martes a sábado, de 14:00 a 19:00
22-24 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris

Inauguración el 21 de mayo 2013, a partir de 18:00

Descargar el comunicado de prensa (en francés) : DP Sensitives

Winter Flowers

WINTER FLOWERS

After Christmas I ordered all the products again as well as some ready collodion because I was determined to win the battle against the Wet Plate Collodion (bad) god. As soon as I received the ready collodion I bought some beautiful flowers and I started trying also my new lighting. First plates were overexposed but immediately I got the Orchid, it comforted me and made me try the old collodion that didn’t work in the past. At my big surprise, I got nice images with some spots probably due to its maturity.

I was ready to prepare and work with my own collodion and then I got Amaryllis #2 and Young Girl and Fleur-de-Lys. At last I had won the first battle.

To be continued…

FLEURS D’HIVER

Après Noël j’étais déterminée à gagner la bataille contre les (mauvais) dieux du collodion. Je passe à nouveau commande de tous les produits ainsi que d’un collodion déjà prêt. Dès son arrivé, j’achète quelques belles fleurs et commence mes essais avec un nouvel éclairage. Les premières plaques étaient surexposées, mais lorsque je réussi l’Orchidée, mon morale est chargé à bloque et, allez savoir pourquoi, j’essai un vieux collodion qui ne marchait pas à l’époque. Avec grand étonnement, je découvre une image à peu près correcte, malgré quelques tâches bizarres dues probablement à la maturité du collodion.

J’étais prête à préparer et à travailler avec mon propre collodion. Je fais Amaryllis #2 et Jeune Fille à la Fleur de Lys. En fin la première bataille est gagnée.

À suivre…

FLORES DE INVIERNO

Después de las Navidades y totalmente decidida a ganar la batalla emprendida contra los dioses del colodión, hice de nuevo un pedido de todos los productos y encontré, por otro lado, un colodión ya preparado. En cuanto lo recibí, fui a buscar unas cuantas flores y empecé las pruebas con mi nuevo foco. Las primeras placas resultaron un tanto sobreexpuestas pero enseguida conseguí la Orquídea, lo que me animó a probar el viejo colodión que no funcionaba. Mi sorpresa fue grande al descubrir unas imagines correctas aunque con algunas manchas debidas probablemente a la madurez del colodión.

Con gran ánimo preparé mi propio colodión e hice las placas Amarilis #2 y Joven a la Flor de Lis. Por fin había ganado mi primera batalla.

Continuará…

2013.02.17 Julia02ATYoung Girl and Fleur-de-Lys
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.08 Orchidée01

Orchid
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.15 5lys01

Fleur-de-Lys #1
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.15 AmarilysAT01

Amarylis #2
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.13 Paphiopedilum01

Paphiopedilum #1
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.13 Paphiopedilum02

Paphiopedilum #2
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.13 Paphiopedilum03

Paphiopedilum #3
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.08 courges01

Pumpkins
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.09 courge01

Pumpkin #2
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

2013.02.09 courge03

Pumpkin #3
Whole Plate on Clear Glass
© 2013 Ana Tornel

Still-lifes in November

After the Summer, I was really busy preparing my exhibition « Secret Garden, Garden Secrets » for the Mois de la Photo-Off 2012 Festival, which took place  in Paris from the 5th thru the 16th November. Once it was over, I felt the need to make some collodion plates. I had some Quinn’s products left, so I decided to check if they were still working, and they did. The problem in November is light : exposure times were about 45 seconds. What else than objects could stay still for such a long time? I had no choice, but I was quite happy with the results.

NATURALEZA MUERTA – NOVIEMBRE

Después del verano, estuve super liada con la preparación de la exposición « Jardín Secreto, Secretos de Jardín »  que tuvo lugar en París del 5 al 16 de Noviembre, en el marco del festival del Mois de la Photo-Off 2012. Una vez acabada, sentí la imperiosa necesidad de hacer unas placas de colodión. Todavía me quedaba algo de los productos de Quinn, de manera que decidí probar si aún funcionaban. El problema en Noviembre es la luz : las exposiciones eran de unos 45 segundos. No me quedaba más alternativa que hacer posar a estatuillas y objetos varios, pero el resultado final no estuvo mal.

2012.11.26 Femme Thaï

Thai Woman
Whole Plate on Clear Glass
© 2012 Ana Tornel

2012.11.26 Earl Grey

Earl Grey
Whole Plate on Clear Glass
© 2012 Ana Tornel

2012.11.26 Abattu 1

Mournful #1
Whole Plate on Clear Glass
© 2012 Ana Tornel

2012.11.26 Abattu 2

Mournful #2
Whole Plate on Clear Glass
© 2012 Ana Tornel